Choisir une langue- إختر اللغة

Nouvelle tragédie en Méditerranée : des centaines de personnes pourraient avoir péri en mer

Le chavirement d’un bateau transportant des réfugiés et des migrants en Méditerranée pourrait avoir entraîné la mort de centaines de personnes. Il s’agit d’une tragédie imputable à l’homme qui aurait très bien pu être évitée, a déclaré Amnesty International.

Mexique. Trois policiers inculpés de torture dans une affaire marquante : l’occasion de rendre justice

Trois policiers sont inculpés de torture dans l’État de Basse-Californie, dans le nord du pays, à la suite d’une campagne tenace menée par la victime Adrián Vázquez Lagunes, sa famille et leur avocat, avec le soutien d’Amnesty International. C’est la première fois que des inculpations de torture sont prononcées dans cet État tristement célèbre pour ses plaintes pour torture.

ONU. Il faut interdire les robots tueurs avant que leur participation au maintien de l’ordre ne puisse mettre des vies en danger

 

 

 

 

Les gouvernements doivent interdire le développement de robots tueurs, dont l’introduction insidieuse dans les opérations de maintien de l’ordre mettrait des vies en danger et constituerait une grave menace pour les droits humains, a déclaré Amnesty International jeudi 16 avril lors de la publication d’une nouvelle synthèse à Genève.

Réfugiés et migrants en Méditerranée. L’ONU souligne la multiplication par 50 du nombre de morts, sur fond d’inaction de l’UE

 

Quelque 900 personnes seraient mortes depuis le début de l’année, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les;  Près de 10 000 personnes ont été sauvées depuis le weekend des 11-12 avril d’après les garde-côtes italiens;Les gouvernements européens n'ont pour l'instant rien fait pour essayer de résoudre cette crise humanitaire; Amnesty International doit diffuser un nouveau rapport sur la question d’ici la fin du mois.

Boko Haram en chiffres

15 000 : estimation du nombre de combattants de Boko Haram.

5 500 : nombre minimum de civils tués par Boko Haram depuis début 2014, dont : 817 civils tués lors de 46 attentats à l’explosif dans tout le nord-est et d’autres régions du pays ;

1 500 civils tués en 2015, dans au moins 70 attaques de villages et villes du nord-est.

2 000 : estimation du nombre de femmes et filles enlevées par Boko Haram depuis le début de l’année 2014, dont : 276 lycéennes enlevées à Chibok en avril 2014, parmi lesquelles 219 sont portées disparues depuis 365 jours.

300 : raids et attaques de Boko Haram contre des civils depuis le début de l’année 2014.

5 900 : nombre de structures (dont un hôpital) endommagées ou détruites à Bama par Boko Haram en mars 2015, d’après des images satellites. Elles représentaient 70 % de la totalité de la ville.

3 700 : nombre de structures endommagées ou détruites à Baga par Boko Haram en janvier 2015, d’après des images satellites.

Nigeria. Des femmes et des jeunes filles enlevées et contraintes de participer aux attaques de Boko Haram

Au moins 2 000 femmes et jeunes filles ont été enlevées par Boko Haram depuis le début de l’année 2014 et nombre d’entre elles ont été réduites en esclavage sexuel et formées au combat, a déclaré Amnesty International à l’occasion du premier anniversaire de l’enlèvement des écolières de Chibok.

L'Arabie saoudite multiplie les décapitations

C'est une vidéo montrant une exécution publique intervenue en Arabie saoudite au début de l’année. Sur les images de médiocre qualité, on voit une femme au sol suppliant son bourreau de lui laisser la vie sauve.

Amnesty intente une action contre le gouvernement britannique devant la Cour européenne au sujet de la surveillance de masse

Amnesty International, Privacy International et Liberty ont annoncé vendredi 10 avril qu’elles intentaient une action auprès de la Cour européenne des droits de l’homme contre le gouvernement du Royaume-Uni au sujet de ses pratiques de surveillance de masse menées sans discrimination.

#AfricaNot4Sale. De jeunes responsables africains lancent une campagne sur la responsabilité des entreprises et les droits au développement

Les dirigeants politiques africains et les grandes entreprises doivent cesser de brader l’avenir de la jeunesse du continent et promouvoir de nouveaux modèles de croissance fondés sur le renforcement du pouvoir d’agir des jeunes, le développement humain et les droits humains, ont déclaré Amnesty International et l’Open Society Initiative for Southern Africa (Initiative pour une société ouverte en Afrique australe) vendredi 10 avril 2015, à l’occasion du lancement de leur nouvelle campagne #AfricaNot4Sale à Johannesburg.

L’ONU crée un poste d’expert sur le droit à la vie privée