Choisir une langue- إختر اللغة

Kenya. L’attaque contre l’université met le doigt sur les défaillances en termes de sécurité

L’attaque perpétrée contre une université au Kenya le 2 avril par des hommes masqués et armés rappelle qu’il est urgent de protéger les étudiants, les employés de l’université et les citoyens à Garissa et dans d’autres régions du nord du pays, a déclaré Amnesty International jeudi 2 avril 2015. L’organisation demande aux autorités de mener dans les meilleurs délais une enquête impartiale et efficace en vue de traduire en justice les responsables présumés de cette attaque.

Yémen. Six enfants comptent parmi les dizaines de victimes des frappes aériennes lancées par l’Arabie saoudite

Il apparaît de plus en plus clairement que la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite s’abstient de prendre des précautions afin de prévenir l’homicide de civils lors des frappes aériennes prenant pour cible des sites situés au Yémen, a déclaré Amnesty International, en confirmant qu’au moins six civils, dont quatre mineurs, faisaient partie des 14 personnes brûlées vives lors de nouvelles frappes très tôt mardi 31 mars.

La peine de mort en 2014 : Faits et chiffres

Au cours de l’année 2014, au moins 607 personnes ont été exécutées dans 22 pays, soit une baisse de près de 22 % par rapport à l'année 2013, pour laquelle Amnesty International avait recensé au moins 778 exécutions dans 22 pays.

Peine de mort 2014. Hausse alarmante du nombre de condamnations à mort dans un contexte de lutte contre le crime et le terrorisme

Des États ont recouru à la peine de mort en vue de faire face à la criminalité, au terrorisme et à l’instabilité interne; la nette augmentation du nombre de condamnations à mort est due en grande partie au pic observé en Égypte et au Nigeria – au moins 2 466 condamnations prononcées dans le monde, soit une hausse de 28 % par rapport à 2013

Un an après la libération d’Iwao Hakamada, la situation des condamnés à mort au Japon a-t-elle vraiment changé ?

Il y a tout juste un an aujourd’hui, Iwao Hakamada, âgé de 79 ans, quittait le centre de détention de Tokyo, après qu’un tribunal de district japonais s’était prononcé en faveur de sa libération provisoire et d'un nouveau procès.

Des groupes palestiniens ont tué des civils des deux camps dans des attaques constituant des crimes de guerre en 2014