Choisir une langue- إختر اللغة

Algérie. Baisse du nombre de condamnations à morts en 2016

Au moins 50 condamnations à mort ont été enregistrées en Algérie en 2016, contre 62 en 2015, indique Amnesty International dans son rapport annuel sur la peine de mort dans le monde rendu public, aujourd’hui mardi 11 avril.

Ces condamnations à mort ont été prononcées par les tribunaux pour des infractions liées au terrorisme, pour meurtre et  viol. Amnesty International n’a recensé aucune exécution en 2016, l’Algérie ayant institué un moratoire sur les exécutions en 1993.

L’Algérie continue de jouer un rôle important sur le plan international en vue d’inciter les pays à cesser de recourir à la peine de mort. En effet, elle a toujours parrainé et voté en faveur des résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU appelant à un moratoire sur l’application de la peine de mort. En 2016, l’Algérie a parrainé et voté en faveur de la résolution 71/187 adoptée par 117 Etats lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies le 19 décembre 2016.

« Cependant, sur le plan national, nous regrettons fortement que la dernière révision de la constitution n’ait pas consacré l’abolition de la peine de mort alors que plus de la moitié des pays du monde ont désormais aboli ce châtiment cruel et inhumain» a déclaré Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie. 

Au niveau mondial, Amnesty International a recensé 1 032 exécutions en 2016, si l’on n’inclut pas la Chine, contre 1 634 en 2015. L'Iran, l'Arabie saoudite, l'Irak, le Pakistan et la Chine sont les cinq pays qui ont exécuté le plus grand nombre de condamnés. Les États-Unis ne figurent pas dans ce quintet de tête pour la première fois depuis 2006, et le nombre d'exécutions recensées dans ce pays est le plus bas depuis 1991.

La baisse du nombre d'exécutions au niveau mondial est en grande partie due aux chutes enregistrées en Iran (passant d'au moins 977 à au moins 567) et au Pakistan (passant de 326 à 87). Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le nombre d’exécutions recensées a baissé de 28 %, mais l’Iran et l’Arabie saoudite continuent de figurer parmi les pays ayant exécuté le plus grand nombre de personnes.

En 2016, le Bénin et Nauru ont aboli la peine de mort pour tous les crimes, et la Guinée l’a abolie pour les crimes de droit commun uniquement.

« Il n'y a qu'une poignée de pays qui continuent d'exécuter massivement des condamnés. La plupart des pays ne laissent plus l'État prendre la vie d'êtres humains » a déclaré Salil Shetty, Secrétaire Général d’Amnesty International.

Téléchargez le rapport complet ici

    

FaceBook  Twitter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir