Choisir une langue- إختر اللغة

Les prisons de très haute sécurité des États-Unis doivent être ouvertes à la surveillance des Nations unies

Les prisons conçues pour l'isolement prolongé de détenus doivent être ouvertes à une surveillance extérieure, première mesure à prendre par les autorités américaines pour mettre fin à cette pratique cruelle et inhumaine.

Les États-Unis détiennent 25 000 personnes à l'isolement de manière prolongée dans les prisons de très haute sécurité du pays. Ces détenus sont enfermés 22 à 24 heures par jour dans une cellule pendant plusieurs mois, années ou décennies, dans des conditions d'extrême isolement physique et social. Les personnes détenues à l'isolement sont quasiment privées de tout contact humain, à l'exception du minimum vital, tant au sein de la prison qu'avec le monde extérieur. Ces conditions éprouvantes ont des effets désastreux sur le plan psychologique ; pour comprendre les conséquences brutales de l'isolement, il suffit d'observer les statistiques montrant que la moitié des suicides commis dans les prisons américaines ont lieu dans des cellules d'isolement. 


Au secrétaire d’État, John Kerry

Monsieur le Secrétaire d’État,Le recours des États-Unis à l'isolement carcéral n'a pas d'équivalent dans les autres pays démocratiques. En permanence, plus de 80 000 personnes sont détenues à l'isolement, dont 25 000 de façon prolongée dans des prisons de très haute sécurité. Cette pratique viole un grand nombre de normes et de traités internationaux, notamment le droit d'être protégé de la torture et des autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants, inscrit dans la Convention contre la torture et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.Nous vous appelons à prendre une première mesure nécessaire pour réduire le recours des États-Unis à l'isolement carcéral, en invitant le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants à effectuer des visites de contrôle dans les prisons de haute sécurité du pays. Ces visites doivent couvrir à la fois des établissements placés sous l'autorité des États et relevant de l'administration fédérale – dont ceux où des personnes sont détenues à l'isolement avant leur procès – et se dérouler dans les conditions demandées par les services du rapporteur spécial.Le président Obama a récemment déclaré aux Nations unies que les États-Unis étaient favorables à la surveillance internationale. Il s'agit là d'une occasion décisive de vérifier la volonté du gouvernement américain de laisser mener cette enquête sur une question qui concerne presque uniquement les États-Unis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[*] Champ requis
[1] ne sera pas affich publiquement
NomE-mailPays
brahim mahdid
.
BENBRAHIM
.
Yekhlef Khalif
.
Algerie
Ali Belghit
.
Algerie
Lucas
.
France
nassim
.
Algeria
Francesc Tur
.
Espagne
abtout
.
Algeria
riad
.
Algeria
SMAIL
.
Algeria
Tarik Ait Hamadouche
.
Algeria
youcef Kacimi
.
Algeria
abdelilah
.
Algeria
yakomata
.
Algeria
Mokrani
.
Algerie
zouaghi redha
.
Algeria
TOUAZI Abdellatif
.
ALGERIA
kloul
.
algerie
Safatly
.
Belgium
josée clary
.
france
Petitions by Great Joomla!

FaceBook  Twitter