Choisir une langue- إختر اللغة

Albert Woodfox est libre

Albert Woodfox, un des cas pour lequel nous nous sommes mobilisés au cours de notre Marathon des lettres en décembre 2015, a été libéré, le 19 février 2016, après 43 ans à l'isolement dans une prison aux Etats-Unis. Il avait été enfermé seul 23 heures sur 24 dans une cellule minuscule avec très peu de lumière naturelle.

Il a été déclaré coupable en 1973 du meurtre d'un gardien de prison, commis l'année précédente, alors qu'il purgeait une peine pour vol. Pourtant, Albert Woodfox clame son innocence.  Aucune preuve matérielle ne le reliait au crime pour lequel il a été condamné et sa culpabilité présumée reposait essentiellement sur la déclaration douteuse d’un autre détenu, qui a été gracié en échange de son témoignage. Albert Woodfox pense que sa condamnation a été motivée par des considérations politiques, car il était membre du parti des Panthères noires, le mouvement radical de défense des droits des Noirs. Ces décennies d'isolation ont eu des répercussions dramatiques sur lui : « Je n’ai pas de mots pour exprimer les années de torture mentale, affective et physique que j’ai subies. » Même les Nations unies estiment que le traitement infligé à Albert Woodfox équivaut à de la torture.  « Ils peuvent réussir à me faire plier légèrement, affirme Albert. Ils peuvent me faire beaucoup de mal. Ils peuvent même m'ôter la vie. Mais ils ne pourront jamais me briser. »

FaceBook  Twitter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir