Choisir une langue- إختر اللغة

Myanmar : Phyoe Phyoe Aung est libre.

Phyoe Phyoe Aung et d’autres étudiants détenus pour avoir manifesté pacifiquement au Myanmar ont été libérés, hier 08 avril 2016. Amnesty International s’est mobilisée en faveur de ces étudiants depuis décembre 2015, dans le cadre du Marathon des Lettres, la plus grande campagne mondiale en faveur des droits humains. En Algérie, nos membres ont recueilli plus de 10 000 pétitions et messages de solidarité en faveur de ces  étudiants.

La remise en liberté de ces  étudiants est un pas en avant pour les droits humains au Myanmar. Elle pourrait aussi préparer le terrain pour le nouveau gouvernement afin qu’il libère tous les autres prisonniers d'opinion et modifie ou abroge l’ensemble des lois qui entretiennent la pratique des arrestations arbitraires, a déclaré Amnesty International.

« La libération de la plupart des jeunes manifestants est un grand pas avant pour les droits humains au Myanmar, et nous nous réjouissons de savoir que ces hommes et ces femmes vont être désormais libres de leurs mouvements », a déclaré Laura Haigh, chercheuse d’Amnesty International sur le Myanmar.

« Cela témoigne de l’intention du nouveau gouvernement de mettre fin au cycle des arrestations et des placements en détention motivés par des considérations politiques. Nous attendons maintenant la libération de tous les autres prisonniers d'opinion, y compris les étudiants et étudiantes poursuivis devant d’autres tribunaux. Le nouveau gouvernement doit s’assurer que plus personne ne reste en prison pour ses opinions au Myanmar. »

 « Certes, une libération n’est qu’une première étape : la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) doit aussi réformer la législation répressive du pays, qui a trop longtemps servi à réprimer l’opposition. Tant que ces lois restent en vigueur, les défenseurs des droits humains et les militants, hommes et femmes, risquent d’être emprisonnés pour avoir simplement exprimé leurs opinions. Heureusement, la NLD a reconnu la nécessité d’abroger et de modifier les lois répressives, et nous nous réjouissons à la perspective de voir le gouvernement s’y atteler.

« La nouvelle équipe au pouvoir doit aussi veiller à ce que les personnes aujourd’hui amnistiées reçoivent le soutien dont elles ont besoin et soient réhabilitées, de même que les nombreuses autres qui, avant elles, ont été injustement emprisonnées. »

FaceBook  Twitter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir