Choisir une langue- إختر اللغة

Personnes en danger

Amnesty International tente de protéger et d’améliorer le sort de personnes en danger, dont les droits humains sont bafoués. Ces personnes viennent de tous les horizons et de toutes les régions du monde. Elles sont en danger en raison de leurs opinions, de leur identité ou de leurs activités en faveur des droits des autres. Ils/elles ont subi ou courent un danger d’emprisonnement, de procès inéquitables, de torture, de disparition forcée, de mort et d’autres violations des droits humains.

Les Droits des femmes sont des droits humains

La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 garantit à tous les êtres humains leurs droits sans discrimination. Cependant, les femmes et les jeunes filles sont discriminées. La discrimination consiste à traiter une personne différemment simplement en raison de ce qu'elle est ou de ses convictions.

Abolissons la Peine de Mort

La peine de mort est la négation absolue des droits humains. Il s’agit d'un meurtrecommis par l'État, avec préméditation et de sang-froid. Ce châtiment cruel, inhumain et dégradant est infligé au nom de la justice. Cette peine viole le droit à la vie inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. Amnesty International s'oppose à la peine de mort en toutes circonstances, quels que soient la nature du crime commis, les caractéristiques de son auteur ou la méthode utilisée par l'État pour l'exécuter. Pour comprendre pourquoi Amnesty International s’oppose à la peine de mort et en savoir plus sur cette peine cruelle et inhumaine, consultez Question et Réponses sur la Peine de Mort.

S'exprimer n'est pas un crime

À travers le monde, des femmes et des hommes sont harcelés, ou même emprisonnés, pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. Toute personne a le droit de rechercher, de recevoir et de partager des informations et des idées, sans crainte et sans entrave. Ce droit est important pour l'épanouissement personnel et la dignité de chaque individu. Il conditionne l'exercice de toute une série d’autres droits fondamentaux.  La liberté d’expression a toujours été au centre de l’action d’Amnesty International. Elle est étroitement liée au droit d’avoir un point de vue et au droit à la liberté de pensée, d’opinion et de religion.

Éducation aux droits humains

Amnesty International considère que l'éducation aux droits humains permet de s'attaquer aux causes sous-jacentes des atteintes aux droits humains, d'empêcher que des violations ne soient commises, de combattre la discrimination, de promouvoir l'égalité et de renforcer la participation de chacun aux processus de prises de décisions. L'éducation aux droits humains est une activité volontaire et participative visant à donner aux personnes, groupes et associations les moyens d'agir grâce à l'acquisition de connaissances, de compétences et d'attitudes conformes aux principes relatifs aux droits humains universellement reconnus.

Enfants et Droits humains

Partout dans le monde, des enfants sont privés de leur droit à l’éducation, enrôlés de force dans des unités ou des groupes armés, ou soumis à d’autres formes de violences. Au niveau mondial, des centaines de milliers d’enfants de moins de dix-huit ans sont impliqués dans des conflits armés, soit au sein des forces régulières de leur pays, soit en tant que membres de groupes armés, d’unités paramilitaires ou de milices, entre autres.Nombre d’entre eux ont été enlevés alors qu'ils étaient à l'école, dans la rue ou chez eux. D’autres s’engagent «volontairement», souvent parce qu'ils ne voient guère d'autre solution.

Droits économiques, sociaux et culturels

 

Il y a soixante ans, la Déclaration universelle des droits de l'homme proclamait qu'un large éventail de droits humains s’appliquait à tous les êtres humains, sans exception. Ils comprennent non seulement la liberté d'expression, le droit de ne pas subir des tortures et des mauvais traitements, mais également les droits à l'éducation, à un logement adéquat, ainsi que d'autres droits économiques, sociaux et culturels. Les droits économiques, sociaux et culturels forment un vaste ensemble de droits garantis par le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et par d’autres traités régionaux et internationaux légalement contraignants. Pratiquement chaque pays du monde est partie à un traité contraignant qui garantit ces droits.

Vérité, justice et réparation pour les disparus

Ces dernières années, dans le cadre de la «guerre contre le terrorisme», les États-Unis ont procédé, parfois avec la complicité d’autres gouvernements, à la disparition forcée de personnes soupçonnées de terrorisme. Une personne est victime de disparition forcée lorsqu’elle est arrêtée, détenue ou enlevée par l’État ou par des agents opérant pour le compte de l’État qui nient ensuite détenir cette personne ou qui refusent de révéler où elle se trouve. Ce faisant, ils la soustraient à la protection de la loi. Très souvent, les victimes de disparition forcée ne sont jamais libérées et on ne sait pas ce qu’elles sont devenues.Leur famille et leurs amis ne découvrent parfois jamais ce qui leur est arrivé.

Défenseur des droits humains: Un métier à risques

Depuis qu’elle a vu le jour, Amnesty International travaille avec et pour les défenseurs des droits humains. Pour l’organisation, défendre les droits de ces personnes est un moyen essentiel de parvenir au respect des droits de tous. Les  Défenseurs des droits humains (DDH) sont des journalistes qui dénoncent les violations des droits humains; des militants associatifs qui se consacrent à l’éducation aux droits humains; des syndicalistes qui défendent les droits des travailleurs; des femmes qui œuvrent pour la promotion des droits en matière de procréation; des écologistes qui dénoncent les conséquences de tel ou tel grand projet sur les droits à la terre des peuples indigènes.

Conflits armés

Les guerres s’accompagnent invariablement de leur cortège de souffrances et d’épreuves. Les conflits constituent un terreau propice aux meurtres, aux actes de torture, aux déplacements de populations, aux famines et, de manière générale, aux violations massives des droits humains. Dans les conflits qui sévissent un peu partout sur la planète, les forces gouvernementales et les groupes armés s'en prennent régulièrement aux civils, n’hésitant pas à commettre crimes de guerre et autres atrocités. Pourtant, même en temps de guerre, il existe des règles que toutes les parties sont juridiquement tenues de respecter.