Crédit Photo: © AFP

Algérie : Les autorités doivent instaurer un climat favorable et apaisé en ce début de campagne électorale

Plusieurs personnes ont été arbitrairement arrêtées, ces derniers jours, au cours de manifestations pacifiques contre la tenue de l’élection présidentielle prévue pour le 12 décembre prochain.

Amnesty international est profondément préoccupée par ce climat de répression et de restrictions aux libertés d’expression qui marque ce début de campagne électorale.

Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie.

Ces arrestations arbitraires limitent fortement les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion, garantis par la Constitution.

Le respect de ces droits est une condition essentielle dans tout processus électoral, les opposants aux élections ou aux politiques menées par le gouvernement doivent avoir la possibilité d’exprimer leurs opinions sans crainte de représailles ou de répression.

Les autorités algériennes doivent assurer la protection des manifestants de manière impartiale et instaurer un climat favorable et apaisé durant toute la durée de cette campagne électorale » a déclaré Hassina Oussedik, directrice d’Amnesty International Algérie.

L’organisation estime que la justice algérienne doit clairement indiquer qu’en Algérie tout un chacun a le droit d’exprimer librement ses opinions, notamment durant la campagne électorale en cours, et que les restrictions et arrestations de ce type bafouent les obligations internationales de l’Algérie en matière de droits humains, notamment en ce qui concerne l’exercice pacifique des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion.