Choisir une langue- إختر اللغة

Migrants: Les propos de M. Ouyahia sont scandaleux

Les propos tenus, le 08 juillet, par Monsieur Ahmed Ouyahia à l'égard des migrants subsahariens sont choquants et scandaleux !

Algérie. Vague d’arrestations et de poursuites contre des centaines d’Ahmadis (2)

L’Algérie doit mettre un terme à sa campagne de répression contre les membres du mouvement religieux minoritaire qu’est l’Ahmadisme (ou Ahmadiyya), a déclaré Amnesty International le lundi 19 juin, à l’approche de l’audience en appel, le 21 juin, de six Ahmadis condamnés à des peines d’emprisonnement d’une durée allant jusqu’à quatre ans pour des charges liées à la pratique de leur religion.

Maroc. Des réfugiés syriens piégés à la frontière avec l'Algérie ont besoin d'aide de toute urgence

Les autorités marocaines bafouent leurs obligations internationales en matière de protection des réfugiés en bloquant un groupe de 25 réfugiés syriens dans une zone désertique à la frontière entre le Maroc et l'Algérie et en les privant de la possibilité de demander l'asile et de recevoir une aide humanitaire d'urgence, a déclaré Amnesty International.

Les chefs d'inculpation retenus à l'encontre de Kameleddine Fekhar et ses co-accusés doivent être abandonnés

Les autorités algériennes devraient abandonner tous les chefs d'inculpation retenus à l'encontre de Kameleddine Fekhar, un activiste de renom, et de ses 40 co-accusés, qui sont fondés sur leur militantisme pacifique en faveur des droits de la minorité amazigh, ou berbère, ont déclaré aujourd'hui Amnesty International, Human Rights Watch, EuroMed Rights, et Front Line Defenders. Kamaleddine Fekhar et la plupart de ses co-accusés sont en détention préventive depuis juillet 2015.

Examen Périodique Universel de l'Algérie: Les suggestions de recommandations d'Amnesty International

L'Algérie se présentera, demain 8 mai, devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies pour son Examen Périodique Universel (EPU). A cet effet, Amnesty International a présenté des suggestions de recommandations visant à améliorer la situation des droits humains.

El Oued. Un militant pour la justice sociale en procès

Le 7 mars, Yahia Ben Ammar, un Algérien qui milite en faveur de la justice sociale, comparaîtra devant une cour de justice à El Oued, dans le sud de l'Algérie. Il est poursuivi pour des charges liées au fait qu’il a exercé son droit à la liberté d'expression et de réunion pacifique au cours de manifestations pacifiques à la fin de l’année 2016. Il est également accusé d’avoir insulté et agressé des policiers après son arrestation en janvier 2017, dans une affaire distincte.

Harcèlement de rue : Une atteinte à la dignité des femmes

Tribune de Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie, publiée sur IntyMag.com

La super vidéo sur le harcèlement de rue réalisée par Toute Fine et Sam MB  m’a beaucoup touché. Aujourd’hui, encore en Algérie, il est difficile, pour ne pas dire dangereux, pour une femme de marcher dans la rue sans être harcelée, agressée et parfois assassinée ! Souvenons-nous de Razika Cherif, tuée en novembre 2015 par un automobiliste à Msila pour avoir refusé ses avances ou encore, d’Amira Merabet, brûlée vive en septembre 2016, à Constantine, alors qu’elle se rendait à son travail.

Amnesty International Algérie lance un cycle d’ateliers-formations au profit des journalistes

Dans le cadre de sa mission de promotion des droits humains,  Amnesty International Algérie  organise des ateliers-formationsportant sur le traitement de l’information relative aux violences contre les femmes, réfugiés et migrants et la peine de mort, a déclaré l’organisation le 01 mars.

Algérie. Ce qu'il faut savoir sur la situation des droits humains en 2016

Cette année encore, les autorités ont restreint la liberté d’expression, d’association, de réunion et de religion. Des détracteurs pacifiques du gouvernement, notamment des défenseurs des droits humains, ont été poursuivis dans le cadre de procès inéquitables. Des réfugiés et des migrants ont été expulsés arbitrairement. Les responsables d’atteintes graves aux droits humains perpétrées par le passé ont continué de bénéficier de l’impunité. Les tribunaux ont prononcé des peines capitales ; aucune exécution n’a eu lieu.

Tamanrasset: Des manifestants pacifiques risquent 6 mois de prison

La cour de Tamanrasset rendra, dimanche 12 février, son verdict dans le procès de quatre manifestants pacifiques ayant participé à un sit-in, le 10 janvier, dans le quartier de Gataa El Oued, pour demander la construction d’une clinique et la mise à disposition des habitants d’autres services et infrastructures publiques. Ils sont accusés d’incitation à un « attroupement non armé », et risquent à ce titre jusqu’à six mois de prison et 5,000 dinars d’amende.